« Make Our Planet Great Again » 2 doctorants de l’EDSML à l’Elysée

« Make Our Planet Great Again » 2 doctorants de l’EDSML à l’Elysée le 12 décembre 2020

Voici leur portrait et retour sur cette  journée !

 

 

Eleonora Fossile du Laboratoire de Planétologie et Géodynamique, (Étude des Bio-Indicateurs Actuels et Fossiles) de l’Université de Angers

Eléonora et sa directrice de thèse Hélène Howa ont pris part à la réception. Depuis un an et demi, la doctorante italienne a rejoint l’Université d’Angers et son laboratoire LPG-Biaf. L’équipe angevine est en phase avec la thématique climatique. Elle s’est spécialisée dans l’étude des foraminifères, ces microorganismes unicellulaires présents dans les sédiments marins à l’état vivant ou fossilisé. Ils permettent d’en apprendre beaucoup sur les conditions qui régnait autrefois sur la Terre.

Le projet de thèse d’Eleonora Fossile porte sur l’Arctique et plus particulièrement sur les fjords du Svalbard. Initié par Hélène Howa, professeure d'océanographie à l'UA, il vise à tracer la dynamique de la glace de mer (formation et fonte de la banquise), en étudiant les foraminifères. L’objectif est notamment de comprendre le fonctionnement actuel des écosystèmes benthiques sous influence des glaces marines, pour pouvoir reconstituer les cycles de gel/dégel dans un contexte de changements climatiques passés.

 

Odilon Houndegnonto du Laboratoire d’Océanographie Physique et Spatiale de  l’Université de Bretagne Occidentale

 

« La journée de commémoration de l’initiative du programme MOPGA et de la célébration de son 2ème anniversaire, s’est déroulée dans un échange très riche et prometteur de fruits dans un futur immédiat. Cette cérémonie a été ouverte et assistée par le Président de la République, M. Emmanuel MACRON, accompagné d’une délégation ministérielle féminine : Frédérique VIDAL (Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation), Élisabeth BORNE (Ministère de la Transition écologique et solidaire) et Brune POIRSON (Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire). En effet, après les mots d’ouverture du Président de la République, Mme le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, orienta les axes de la discussion sur trois questions, à l’endroit des lauréats et des acteurs impliqués dans MOPGA : • Qu’est-ce qui vous a fait venir en France ? • Qu’est-ce que vous apportez en termes de connaissances scientifiques ? • Comment ces connaissances peuvent servir à éclairer les décisions publiques et les politiques ? Dans un élan de gratitude en faveur de l’initiative du Président E. MACRON, les lauréats sélectionnés pour la circonstance, ont pris tour à tour la parole et en a fait état de leur motivation et la pertinence de leurs travaux de recherche. Chaque interlocution est suivie par des questions de la part du Président, pour plus d’éclaircissement et d’accessibilité en faveur de décisions politiques (en cours ou urgentes à prendre en considération). Suite à ces interventions, le Président a conclu, en mettant l’accent sur trois catégories de projets dont la communauté scientifique doit prendre en considération, dans le développement de ses compétences, en réponse aux thématiques du changement climatique dans toutes ses dimensions.

En effet, il rappelle son souhait et son ambition de rendre davantage, plus attractive et pérenne, l’initiative MOPGA  à travers le partage à l’échelle de toute l’Europe et même au-delà. Cela est un levier pour augmenter l’attractivité de la recherche, dans le souhait du Président de placer la France comme leader sur la question du réchauffement climatique, et au-delà de leurs impacts sur la biodiversité et sur les écosystèmes. Ainsi, il faudrait que la communauté scientifique se mobilise : 1- Sur des projets extrêmement concrets : sujets des pôles, océan, climat, les forêts primaires, biodiversité et alimentation dans le sens d’une convergence. Il faudrait que les projets scientifiques soient des projets de société pour faciliter la convergence entre la science, le social et le politique. Autrement dit, faire de la recherche, une source immuable de solutions, en identifiant les gros défis. Faire en sorte que les résultats de projets de recherche soient davantage utiles et utilisés. Il faudrait considérer la connaissance et le progrès comme source de solution, et pas uniquement pour abjecter ou pour indiquer où se trouve le problème (comme l’a fait remarquer Mme le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation). 2-  Réussir à structurer et factualiser les objectifs (de moyen à long termes) pour le changement de système de production de décisions politiques. Cela permettra le contrôle des conséquences directes et indirectes de non-décision, pour une meilleure orientation des actions politiques et pour mieux nourrir l’ajanda politique. 3- La convergence des sciences dures et les sciences humaines, dans le sens de comment on change les attitudes des citoyens et comment on rend le changement acceptable. Procéder à la conversion des éléments factuels et les compétences présentes au cœur des différentes disciplines de recherche scientifiques, en faveur d’une fusion avec les sciences humaines pour permettre à la société, une bonne transition écologique et solidaire dans le contexte du changement climatique. En fin, le Président a conclu en nous notifiant que nous sommes les meilleurs ambassadeurs de MOPGA. L’ensemble des étudiants, chercheurs et enseignant-chercheurs, doit se mobiliser et mobiliser la communauté internationale, pour faire vivre le programme « Make Our Planet Great Again ». Il a aussi annoncé la mise en place et la finalisation de la loi de programmation-recherche, qui permettra la simplification de toutes ces actions ci-dessus mentionnées. C’était une journée très motivante et pleine de relance dans le travail. Merci au Président pour son initiative, à la rescousse du climat. »